L’asservissement de la conscience

Je suis malheureusement encore et malgré moi à la recherche du sens. Parfois, je me dis que c’est ce pour quoi je suis née, mais Conscience me dit que c’est peut-être juste un sens que je veux donner à ma vie, que parfois, il vaudrait mieux ne pas chercher à comprendre, ou au moins essayer de rester objectif avec mon Moi.

J’ai envie de parler de la conscience. Pas celle basique qui nous dicte notre sens moral, mais la conscience de tout. J’ai découvert il y a peu ( je précise que je vis depuis peu) l’extrême fausseté dans laquelle je vis. La pire de mes erreurs dans ce monde était de croire. Croire m’a incité à vivre dans une illusion constante, qui me permettait de me protéger de ce monstre ennuyeux qu’est le monde. Croire en Dieu, en moi, en l’humanité. Tout cela à cause de la conscience. Ce qui nous rend unique face aux animaux, mais qui nous a rendus finalement mauvais pour nous et pour ce qui nous entoure. Avoir conscience sans avoir conscience, tel est le problème de l’humain. Il faudrait que nous changions la terminologie, car le paradoxe est trop flagrant. Le sens que nous donnons au monde est la preuve de notre déni constant. Je pense, et je pense seulement qu’il y a deux sens à chaque chose. Le sens véritable, et celui que nous voulons bien leur donner. Je vais prendre un exemple simple :

Deux hommes achètent une voiture chacun. Le premier, avec peu de moyens financiers, dépense son argent contre un moyen de transport, pour qu’évidemment cela lui facilite son train de vie. Rien de plus pratique qu’une voiture.

Le deuxième en a déjà une, mais il en achète une nouvelle pour les autres, leurs regards. Car quand les autres le regardent à bord de son magnifique et sublime cabriolet dernier cri, il a tout de suite plus d’estime pour lui-même. Il s’invente une valeur qu’il pensait ne pas avoir auparavant.

Aujourd’hui, on peut interpréter le fait d’acheter une voiture en deux sens. La machine et la recherche incessante de notre valeur dans le regard des autres. Une recherche qui ne mène finalement à rien d’autre qu’un déni constant.

Le problème pour moi vient de la conscience. Le fait que cette dernière ne soit pas lucide face à l’essentiel. De ce que nous sommes réellement, et favorise les croyances, plutôt que la recherche de la vérité.

Le premier exemple n’est pas mieux que le deuxième. Il se peut que sa conscience n’est remplie que de faux sens, qu’il a batti tout au long de sa vie. Tout comme le deuxième, bien que celui-là est dans l’évidence. Mais les circonstances ont fait que le premier a dû s’acheter une voiture pour l’essentiel qu’elle nous propose et non pour le superficielle. Ce qu’il lui permet d’avoir conscience pour un temps du véritable sens de la machine qu’il vient de se payer.

Bienvenue au temps de l’asservissement de la vérité, pour favorisé la médiocrité (le confort du corps).

Mais la question que je me pose est qu’il ne nous serait pas favorable de vivre dans une illusion constante qu’avec une conscience oppressante et certainement inutile dans ce monde?!

La suite est après la mort !

Laubodile.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s